Calvary Road Baptist Church

JÉSUS À PROPOS DE L'ENTRÉE DANS LE ROYAUME DE DIEU

Jean 3:3-16

Son nom était sur toutes les lèvres. De partout, les jeunes gens ne parlaient que de lui. C'est comme si le vieil homme n'entendait presque jamais son nom évoqué par ses étudiants, tellement ils étaient prudents à ce qu'il ne sache pas qu'ils parlaient de lui. Je ne sais pas exactement comme est-ce que le vieux s'est retrouvé dans ce lieu. Peut-être qu'il a colleté un de ses étudiants afin de lui soutirer, sous la menace, quelques informations. En tout cas, voici une rencontre des plus inhabituelles entre un vieux érudit de la ville de Jérusalem, répondant au nom de Nicodème et un jeune homme de Galilée, qui s'appelle Jésus.

Ouvrez à présent vos Bibles à Jean chapitre trois (3), et lisons le résumé de l'entretien qu'eurent ces deux hommes, il y a de cela bien longtemps.

 

1 Mais il y eut un homme d'entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs,

2 qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu

  de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui.

3 Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut

   voir le royaume de Dieu.

4 Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le

  sein de sa mère et naître?

5 Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut

   entrer dans le royaume de Dieu.

6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.

7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau.

8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il

   en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.

9 Nicodème lui dit: Comment cela peut-il se faire?

10 Jésus lui répondit: Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses!

11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage

    de ce que nous avons vu; et vous ne recevez pas notre témoignage.

12 Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous

    quand je vous parlerai des choses célestes?

13 Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui

    est dans le ciel.

14 Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit

    élevé, 

15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.

16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui

    ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

 

En considérant cet entretien entre ce vieux érudit de la Bible et le Seigneur Jésus-Christ, j'attire surtout votre attention sur le fait que Jésus n'y va pas par quatre chemins, droit au but! A moins de naître de nouveau, Nicodème ne pourra ni voir, ni entrer dans le royaume de Dieu.

Il est clair dans cet entretien que Nicodème n'avait aucune idée des conditions à remplir pour recevoir ce que le peuple juif d'antan avait tant attendu, à savoir le royaume de Dieu. Évidemment, de nos jours encore, les gens n'ont aucune idée de comment entrer dans ce royaume, mais pis encore, ils ne savent même pas qu'il y a quelque chose d'appelé: royaume de Dieu. Oui, tout le monde connaît la conception qu'a le chrétien du paradis et de l'enfer. Certains se font même une petite idée sur ce qu'est le lac de feu. Cependant, peu de gens pensent au royaume de Dieu, même si c'était un royaume qui faisait l'espoir de chaque Juif du temps de Jésus. Un royaume pour lequel, Jésus a même enseigné à ses disciples de prier à ce qu'il vienne. Vous rappelez-vous de: «Que ton règne vienne»?

Avec votre permission, le message de ce matin tâchera de nouer ensemble quelques cordes qui s'étaient dénouées du temps de Nicodème, histoire de remettre les choses au point au sujet de Jésus et de l'entrée dans le royaume de Dieu. Au cours de ces dernières semaines, nous avons parlé du large consensus d'opinions établi par les historiens disant que la résurrection de Jésus d'entre les morts est la seule explication à plusieurs faits historiques indéniables. Parmi ces faits, citons celui du tombeau vide de Jérusalem, l'acceptation par ses détracteurs que ce tombeau était bien vide, la transformation radicale de ses disciples qui, d'hommes défaits et découragés, vont bouleverser leur monde. Désormais, le culte d'adoration passe du Samedi au Dimanche. Puis, nous avons la conversion de Paul, l'ennemi juré du Christianisme et la de Chrétienté; la conversion du ô combien sceptique Jacques, demi-frère de Jésus qui très rapidement devint un des principaux conducteurs de la communauté chrétienne de Jérusalem. Comme quoi, la résurrection est à la base de tout cela. Nous avons vu aussi que l'existence de Dieu, est la seule explication logique de la résurrection de Christ, de même que la seule explication rationnelle à la deuxième loi de la thermodynamique qui établit que le monde matériel va d'un commencement vers un chaos irréversible. Dieu a créé et soutient cet univers, et Dieu a ressuscité Jésus d'entre les morts.

Ceci nous conduit cependant à une autre élément. Dieu, nous le savons, ne va jamais ressusciter un hérétique d'entre les morts, et ne va pas non plus ressusciter des morts quelqu'un qui le contrarie, pourtant le voici qui va non seulement endossé la résurrection de Christ, mais aussi ses enseignements. La question alors qui se pose, c'est de savoir quel a été le message de Christ? Il l'a à maintes fois dit et répété durant ces trois années et demi de ministère terrestre, mais s'il y a un fil conducteur qui s'étend dans tout ce qu'il a fait et dit, ce serait le sujet du royaume de Dieu. Dans son livre intitulé: «The Meaning Of Jesus », N.T. Wright, le célèbre érudit a fait ce commentaire: «En vérité, nous sommes sûrs et certains que Jésus de Nazareth, qui était un prophète Juif, plus que tout autre sujet, a parlé du royaume de Dieu[1] Comme je l'ai souligné tantôt, Nicodème était à la fois ignorant et confus au sujet de Jésus-Christ et du royaume de Dieu. Le commentaire de Wright ne fait que confirmer une fois de plus le fait que la plupart des gens de nos jours, sont ignorants et confus au sujet de Jésus-Christ et du royaume de Dieu.

Étant donné que ceci fait figure de message-survol, je vous invite à fermer vos Bibles. Vous pourrez consulter les différentes références une fois le message en ligne sur la page Internet de l'église.

Cinq grands points ont accroché mes pensées afin de vous aider à bien comprendre le Seigneur Jésus-Christ en rapport avec le royaume de Dieu. 

 

Premièrement, LE ROYAUME DE DIEU ET DIEU LUI-MÊME

 

Avant de vous définir le royaume de Dieu, permettez-moi de vous rappeler que les expressions royaume de Dieu et royaume des cieux, rencontrées dans les 4 évangiles, veulent dire la même chose. Le terme, royaume des cieux, se réfère à sa provenance, tandis que celui de royaume de Dieu, se réfère à son appartenance. Comme définition, «Le royaume de Dieu, c'est la venue de Dieu dans l'histoire des hommes afin de régner sur eux[2]

A vrai dire, la notion de royaume de Dieu, avant même qu'il ne soit ainsi appelé, remonte à Genèse chapitre 12. Les théologiens s'y réfèrent habituellement sous l'appellation d'Alliance Abrahamique. Même si, évidemment, nous n'avons pas le temps requis pour aborder en profondeur cette Alliance Abrahamique, sachons toutefois qu'il s'agit de la promesse faite par Dieu à Abraham, telle que révélée tout d'abord dans Genèse 12:1-3. Cette alliance met en marche le plan par lequel Dieu va rétablir Son règne sur l'humanité,  règne perdu par Adam dans le jardin d'Eden lorsqu'il a péché:

 

1 L'Éternel dit à Abram: Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.

2 Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.

3 Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.

 

Concernant ce déploiement du royaume de Dieu, examinons-en très brièvement deux (2) aspects: « La réalité future du royaume de Dieu revenait bien souvent dans le message de Jésus. A titre d'exemple, il a enseigné à ses disciples de prier que le royaume de Dieu vienne dans Matthieu 6:10. Au dernier Souper, il leur dira qu'il ne boira plus jamais du fruit de la vigne, jusqu'à ce qu'il en boive de nouveau dans le royaume de Dieu. Marc 14:25. Dans Matthieu 25:31-46, Jésus pointe au jugement à venir à la fin des temps, et à la vie éternelle dans le royaume qui suivra. En même temps, il parle de toute une série d'événements qui vont entourer le moment de son retour et l'inauguration de la révélation finale de son royaume (Matthieu 24, Marc 13, et Luc 21). Pareillement, Jésus compare la vie éternelle de l'âge de son retour (après la résurrection des morts) au royaume dans Marc 9:43-47 et 10:23, 30. »[3] « Dans un certain sens cependant, le futur royaume de Dieu est déjà là. Jésus a envoyé ses disciples leur ordonnant de proclamer que le royaume est proche. Matthieu 10:7. Il a aussi dit que le fait qu'il chasse les démons était un signe que le royaume de Dieu est donc venu Luc 11:20. En effet, lorsque les pharisiens lui demandèrent quand viendrait le royaume de Dieu, il leur répondit que le royaume était au milieu d'eux. Luc 17:20-21.»[4] Le roi étant présent, n'est-ce pas là une preuve tangible que son royaume est aussi présent.

Bien sûr, la pleine manifestation du royaume n'aura lieu qu'au second retour de Jésus-Christ, avec puissance et grande gloire, au moment où il apparaîtra dans l'éclat de Sa gloire pour régner sur terre. [5] De là, le royaume de Dieu sera gouverné par le Fils de Dieu.

 

Ensuite, LE ROYAUME DE DIEU ET LE PAYS

 

Les Juifs ont toujours compris le royaume de Dieu de manière littérale, c'est-à-dire un royaume terrestre. Et, ils avaient tout à fait raison. De même que Dieu avait une fois régné sur terre par son régent qu'est Adam, auquel il a donné autorité sur Sa création terrestre, de même, toute considération du royaume de Dieu ne peut se faire qu'en tenant compte du fait que s'il y a un royaume, il doit nécessairement y avoir aussi un territoire, un pays.[6]

A l'état initial, la création de Dieu était sans péché, donc parfaite.[7] Sa volonté se voyait dans l'obéissance parfaite d'Adam et l'harmonie qui prévalait en ce temps-là. Adam cependant, pécha. C'est ainsi que la paix et l'harmonie de Dieu d'avec sa création furent rompues. Et comme Dieu le lui avait promis, sa désobéissance engendrerait une mort immédiate. [8] C'est ainsi que le péché a mis fin au règne de Dieu par son régent, Adam. Désormais spirituellement mort, l'homme n'est plus en mesure d'obéir à Dieu. La Chute a causé une ruine totale.

Puis vint l'Alliance Abrahamique et le plan de Dieu pour racheter les hommes mais aussi affranchir sa création physique. Son règne sur ses sujets prendra place dans Son royaume.  Cependant, un vrai royaume exige un vrai territoire, un pays. C'est pourquoi, de même qu'Adam a tenu les rênes du jardin d'Eden et présidé sur toute la terre, Dieu va élargir l'Alliance Abrahamique pour en faire ce auquel les théologiens se réfèrent typiquement comme étant l'Alliance Palestinienne, alliance par laquelle le règne de Dieu sur l'univers entier s'étend désormais au delà d'une zone géographique mise à part pour revenir plutôt aux descendants d'Abraham, c'est-à-dire, le peuple Juif.[9]

S'il y a royaume, évidemment, c'est qu'il y a territoire! C'est pourquoi, les Juifs ont toujours compris que Dieu leur promettait un pays, auquel nous nous référons comme étant la Terre Promise. Du temps de Jésus, nul ne concevait la possibilité du royaume de Dieu sans une ferme reconnaissance que pour qu'il y ait un royaume, il faut aussi qu'il y ait une terre, et surtout, une « terre sainte ».[10]

 

Troisièmement, LE ROYAUME DE DIEU ET SES SUJETS

 

C'est clair que pour qu'il y ait un royaume, il faut un territoire et s'il y a royaume, il faut des sujets, des citoyens, un peuple et pour qu'il y ait une terre sainte, il faut aussi qu'il y ait un peuple saint. Ensuite, vint la Loi de Moïse qu'il reçut sur le Mont Sinaï quelque temps après que le peuple eut été libéré de la servitude en Égypte et après avoir traversé les eaux de la Mer Rouge qui formaient une muraille à leur droite et à leur gauche. La Loi est une des approches les plus incomprises sur le comment Dieu dirige Son peuple. [11]

Même s'il était cru, à tort d'ailleurs, qu'elle était une règle permanente pour la vie du peuple Juif, la Loi a été conçue pour ne durer que l'espace d'un temps. Pensez-y! S'il n'y a pas de Temple, pas d'arche, pas d'autel, pas de prêtrise, et pas de sacrifices, comment est-ce la loi de Moïse, qui porte sur ces choses, ferait force de loi? A tort aussi, l'on a pensé à la loi comme moyen de salut du peuple Juif, mais la loi est par nature faible, dépendant de la capacité du pécheur à lui obéir. Dans Romains 3:20, nous lisons: « Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi ». Et dans Romains 8:3, l'apôtre Paul affirme clairement l'incapacité de la loi à sauver le pécheur de ses péchés: « Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force ».

Comprenons alors que la Loi n'a pas été donnée pour exercer une autorité permanente sur le peuple Juif. Elle n'a pas non plus été donnée au peuple afin qu'en y obéissant, ils parviennent au salut au moyen de leurs bonnes œuvres. Impossible! Au contraire, la loi a été donnée pour révéler aux pécheurs, et en particulier à un peuple de pécheurs, combien pécheurs ils sont. C'est ce qui fait que si le peuple Juif était désespérément perdu dans ses péchés, que dirait-on des païens? Ils le sont aussi. Avec tant de péchés, comment avoir des sujets saints qui puisse habiter le royaume de Dieu dans une «terre sainte»? C'est ainsi que pour répondre à ce besoin, Dieu élargira l'alliance Abrahamique dans une autre direction appelée: La Nouvelle Alliance.[12]

Quel est l'intérêt de cette Nouvelle Alliance? Puisqu'avec n'importe quel royaume, il faut un territoire, de même, il en faut aussi un pour le royaume de Dieu, un royaume répondant au nom d'Alliance Palestinienne. Et, de même qu'avec n'importe quel royaume, il faut des sujets, il en faut aussi pour le royaume de Dieu, répondant au nom de sujets de la Nouvelle Alliance. Ézéchiel 36:25-27 est une de ces nombreuses références de l'Ancien Testament faisant mention de la Nouvelle Alliance.

 

25 Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.

26 Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j'ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.

27 Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

 

Purifiée du péché, possédant un cœur nouveau, une telle personne peut vivre dans le royaume de Dieu, elle peut vivre dans la «terre sainte», parce qu'une telle personne est sainte, capable d'obéir. C'est un saint.

 

Quatrièmement, LE ROYAUME DE DIEU ET LE ROI

 

Un royaume doit avoir un roi. N'est-ce pas? Les sujets doivent être administrés, les pays doivent être gouvernés et le roi doit avoir un royaume. Israël voulait d'un roi bien avant que Dieu ne veuille leur en donner un et par finir, il leur donna exactement l'homme qu'ils méritaient. Un homme qui les dépassait tous de la tête, impressionnant, charismatique et vaillant. Toutefois, ce fut un roi qui fit ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, et les péchés du roi Saül finirent par causer le déchirement du royaume. Alors, Dieu lui retira le royaume, et le donna à David, le précieux Psalmiste d'Israël, le berger, le jeune homme qui tua Goliath d'une pierre et qui lui coupa la tête avec sa propre épée. David, l'homme selon le cœur de Dieu. Bien sûr, David était un type du roi messianique, un roi promis dans le cadre de l'alliance dite Davidique qui pourvoyait un roi au royaume de Dieu, un roi digne de ce nom pour régner sur la «terre promise», et sur un peuple préparé selon les termes de la Nouvelle Alliance. Il est dit que le roi promis par l'Alliance Davidique, s'assiéra sur  le trône de son père, David.[13]

Pour démontrer la filiation du Seigneur Jésus-Christ et son droit de régner comme roi du royaume de Dieu, les évangiles nous donnent de lui deux (2) généalogies. L'évangile de Matthieu nous retrace la généalogie qui l'établit comme héritier légal du trône d'Israël étant un descendant d'Abraham, puis à travers les siècles par David et par Joseph, son père adoptif.[14] Quant à l'évangile de Luc, il nous retrace la généalogie de Christ dans le sens contraire, commençant par Jésus, et marchant à reculons par David, puis Abraham, et tout le long jusqu'à Adam, pour établir la lignée de Jésus comme l'ayant droit au titre de roi des Juifs. [15] Nul homme, autre que Jésus, n'a vécu comme ayant le plein droit de siéger sur le trône d'Israël, à la fois comme roi et comme descendant de la postérité promise à David, héritée par le biais de Marie.

Le Seigneur Jésus-Christ n'est pas venu dans ce monde pour vivre dans le faste. Pour sûr, il est né Roi des Juifs, comme le diront les mages venus de loin pour l'adorer.[16] Pourtant, il était un homme dont on ne faisait aucun cas. Il est celui qui a accompli cette ancienne prophétie du prophète Esaïe, datant de plusieurs siècles, disant: « Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire. »[17] Il fallait qu'il souffrit pour nos péchés sur la croix, afin d'être ensuite exalté par sa résurrection d'entre les morts. Nous voyons bien la place qu'occupe la résurrection dans le déroulement des choses, le développement du plan de la rédemption. Ainsi cet homme, apparemment humble de naissance, contre qui l'on fomentera une conspiration et qui sera injustement crucifié, n'est autre que le Fils de Dieu, au sujet duquel, Esaïe a écrit: « Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous ». [18]

Voyez-vous! Il fallait tout cela. Son sacrifice sur la croix était nécessaire pour expier les péchés des hommes, afin d'en sauver quelques uns. Un sacrifice qui a aussi accompli un autre grand objectif. Écoutez Philippiens 2:6-11, où Paul résume tout cela pour nous, de l'humiliation à la crucifixion, à l'exaltation, culminant à son intronisation dans les lieux très hauts où il se trouve à présent:

 

6 Jésus... lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu,

7 mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme,

8 il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix.

9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,

10 afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,

11 et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

 

Cinquièmement, et finalement: LE ROYAUME DE DIEU ET L'EGLISE

 

Étant pressé par le temps, je m'en vais très rapidement condenser mes propos sur l'église, afin que vous voyez qu'il n'y a pas de lien direct entre l'âge de l'église dans lequel nous vivons maintenant et la manifestation à venir du royaume de Dieu sur terre, excepté par notre communion avec Jésus-Christ. Je m'en vais très brièvement vous expliquer cela: 

Primo, l'église fut instituée par le Seigneur Jésus-Christ avant sa crucifixion, au moment où il appela ses disciples et en choisit douze (12), auxquels il donna le nom d'apôtres.[19] Ils ont été les premiers à être établis dans l'église.[20] Bien qu'il soit clair que le Messie d'Israël viendrait par deux fois sur terre, le peuple n'était pas parvenu à distinguer la première de la deuxième venue du Messie. En effet, le programme de Dieu à accomplir entre ces deux venues doit se faire, non par le peuple Juif comme nation, mais par les chrétiens à l'œuvre au sein des églises.

Secundo, l'Eglise a reçu la Grande Commission, suite à la crucifixion et à la résurrection du Seigneur. Matthieu 28:18-20 est le passage le plus familier parmi tant d'autres commissions données par le Seigneur avant son ascension:

 

18 Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre.

19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. Amen!

 

Cependant, ce ne fut qu'après l'ascension de Christ que l'église a reçu la puissance nécessaire au moyen de l'effusion du Saint-Esprit, au jour de la Pentecôte, accomplissant ainsi la promesse faite par Jésus dans Actes 1:8-9: « Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux ».

En quatrième lieu, y a t-il un lien entre l'église et la «terre sainte»? Il n'y a aucune relation entre les églises et la Terre Promise, au delà de notre désir et espérance de voir la promesse de Dieu s'accomplir. Au lieu d'être un peuple limité à une région par Sa promesse, le peuple de Dieu de cet âge est différent du peuple Juif d'antan. Appelés de toute tribu, de tout peuple et de toute langue, nous constituons une famille spirituelle, un temple spirituel au lieu d'être un temple fait de pierres.[21] En vérité, c'est ce qu'est notre église.

En cinquième lieu, qu'en est-il de l'église et des sujets du royaume de Dieu? La Grande Commission dit clairement que notre but principal, c'est de faire des disciples. Nous œuvrons et prêchons l'évangile dans le but de voir les hommes venir à Christ, être baptisés, instruits et se joingnant à nous pour accomplir la Grande Commission. Toutefois, tout au long de cet âge dans lequel nous vivons, nos convertis ne sont pas des sujets du royaume au même titre que les saints des temps anciens ou ceux du monde à venir.

Nous, et ceux que nous parvenons à conduire à Christ, ne sont pas autant sujets du royaume que nous sommes membres de l'épouse de Christ, notre Roi.[22] Serons-nous alors dans le royaume de Dieu? Oui, mais comme épouse du roi, avec une position tout à fait différente de celle des rachetés des temps passés.

 

Je sais qu'avec un tel survol, allant de Genèse à Apocalypse, je vous ai donné du fil à retordre. Cependant, gardez à l'esprit dans tout cela qu'il est surtout question du péché. C'est l'élément décisif. Le péché a ruiné le règne de Dieu dans le jardin d'Eden, et le péché explique à la fois l'histoire de l'homme d'hier et l'état chaotique des choses auxquelles nous faisons face de nos jours. Il s'agit du péché, de tes péchés et des miens.

L'intention de Dieu est de régler le problème du péché, entrave à Son règne sur Sa création. Le problème du péché doit être résolu afin que rien n'empêche le règne de Dieu sur la vie de Ses créatures. Pour être sauvés de nos péchés, il a fallu que Quelqu'un soit puni comme Substitut à la place du pécheur, offrant ainsi le salut des péchés passés, présents et futurs. Tout péché que tu commets doit être puni, soit en te punissant ou en punissant ton Substitut. Le miracle de la Nouvelle Naissance, qui a lieu lorsqu'un pécheur vient à Christ, n'est autre que l'accomplissement de la Nouvelle Alliance promise afin de préparer les sujets qualifiés à vivre dans le royaume de Dieu.  C'est de cela que Jésus parlait à Nicodème dans Jean chapitre 3, en lui disant: « Il faut que vous naissiez de nouveau ». Ainsi, vous voyez à présent le lien qui existe entre Dieu, son royaume et le pays, entre le royaume de Dieu et les sujets du royaume, entre le royaume de Dieu et notre Roi de gloire et le rôle joué dans tout cela par l'institution de l'église.

Une dernière question: Où serez-vous une fois que vous venez à Christ et expérimentez le miracle de la nouvelle naissance? Ouvrez avec moi à présent vos Bibles dans Apocalypse 19. Comme quoi, c'est certain que si tu viens à Christ, tu finiras au ciel. Toutefois, nous ne sommes qu'à mi-chemin car le ciel n'est pas la destination finale du chrétien.

Être Chrétien, c'est devenir membre de ce qui est appelé: « L'épouse de Christ ». Son épouse sera partout présente avec lui. Ainsi, lorsqu'il reviendra en puissance et avec grande gloire pour prendre possession de cette terre afin d'y établir son royaume millénaire et s'asseoir sur le trône de Son père David, tu seras-là aussi avec lui.

Veuillez vous levez avec moi pour lire ce que vous, comme chrétiens et Lui, ferez lorsque Jésus reviendra. Apocalypse 19:11-14:

 

11 Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice.

12 Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n'est lui-même;

13 et il était revêtu d'un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.

14 Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d'un fin lin, blanc, pur.

 

Oh, que ce serait glorieux pour toi et moi, si tu appartiens à Christ! Quand ta vie ici sur terre aura pris fin, cette vie-là qui n'est qu'une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît, alors commencera pour toi l'éternité avec Jésus-Christ, notre Seigneur. Encore et pour encore un peu de temps, et ce serait le paradis. Ensuite, et pour toute l'éternité, ce serait avec Lui dans son royaume.

 

 


[1] N. T. Wright and Marcus Borg, The Meaning Of Jesus: Two Visions (San Francisco: Harper Collins, 1999), page 23.


[2] Gary R. Habermas, The Resurrection Of Jesus, (Lanham, MD: University Press of America, 1984), page 98.


[3] Ibid., page 94.


[4] Ibid., pages 94-95.


[5] 2 Timothée 4:1


[6] Genèse 1:27-28


[7] Genèse 1:31


[8] Genèse 2:16-17; Genèse 3; Romains 5:12; 6:23a


[9] Genèse 12.7; 13.15; 17.7-8, see J. Dwight Pentecost, Things To Come, (Grand Rapids, Michigan: Zondervan Publishing House, 1958), pages 95-99.


[10] Zacharie 2:12


[11] Exode 20:1-17


[12] Ibid., pages 116-128.


[13] Ibid., pages 100-115


[14] Matthieu 1:1-16


[15] Luc 3:23-38


[16] Matthieu 2:2


[17] Esaïe 53:2


[18] Esaïe 53:6


[19] Luc 6:13


[20] 1 Corinthiens 12:28


[21] Ephésiens 2:21


[22] Jean 3:29; 2 Corinthiens 11:2